Consolations livre de Christophe André

« Lui avez-vous pris la main, au moins ? »

 

Face aux épreuves de la vie, la consolation que l’on offre à autrui est une démarche psychologique qui va s’appuyer sur ce que j’appelle « les 4 A » : affection, attention, action et acceptation. On en trouve la trace sous la plume des penseurs et humanistes depuis plusieurs siècles, mais aussi dans la pratique des soins en médecine. Certes, la consolation a été relativement peu étudiée par la médecine et la psychologie, car, comme nous l’avons dit, elle suppose une relative impuissance à agir, ce qui ne se retrouve (ou ne s’avoue) guère que dans le cadre de soins palliatifs. Pourtant, elle représente une démarche très fréquente, associée aux soins et aux traitements. On raconte que le neurologue français Raymond Garcin rappelait souvent : « La base de la médecine, c’est l’amour », et qu’il citait volontiers, à ce propos, la réponse du Prix Nobel de médecine Charles Nicolle à un collègue qui déplorait l’abattement d’un de ses patients : « Lui avez-vous pris la main, au moins ? »

 

Par Christophe André,

Cerveau et Psycho

 

Site de Christophe André